Solastalgie-merci.fr

Bienvenue !

Bienvenue sur le blog solastalgie-merci

Bienvenue sur Solastalgie, merci !

Ce titre vous interpelle ? C’est normal ! Il n’est pas très courant de remercier son anxiété, fut-elle écologique.

Si j’ai choisi de le faire, c’est parce que la crise écologique a provoqué chez moi, il y a quelques années, une profonde crise dépressive. Je me suis ensuite aperçue que j'étais loin d'être la seule dans ce cas. Et comme je suis d'une nature très positive, j'ai décidé de relever la tête, et de m'appuyer sur mes actes pour reprendre confiance.

Le pessimisme et la culpabilité ne sont qu'une façon de voir les choses

Le pessimisme et la culpabilité ne sont qu'une façon de voir les choses. La bonne nouvelle, c'est qu'il y en a d'autres !

Par exemple, quand j'ai décidé d'agir au quotidien pour une vie plus écologique, j'ai dû choisir entre deux points de vue :

  1. Ma personne est insignifiante dans le monde, et tous les changements écologiques que je vais entreprendre ne compteront même pas.
  2. Mes choix de changements vont m'apporter de la joie, je serai en conformité avec mes valeurs, je deviendrai inspirante, et tout ça pourra peut-être inspirer d'autres personnes.

J'ai résolument choisi d'adopter la deuxième option.

Dans ce blog (après jefaismatransition.com), j'ai voulu réaliser ce que j'aurais aimer trouver quand j'ai commencé d'entreprendre des actions d'écologie au quotidien.

Je raconte :

  • ma souffrance environnementale
  • comment j'ai boosté ma motivation
  • ma meilleure méthode pour progresser en écologie
  • tout ce que l'écologie m'a apporté dans mon développement personnel
  • et quelques interviews de personnes qui ont des choses à apporter dans ce grand défi d'aujourd'hui qu'est l'écologie.

Mon idée, ou plutôt mon espoir, c'est que ce que j'écris ici puisse en aider d'autres à passer à l'action. Vous encourager à poursuivre votre action écologique, vous faire gagner du temps (personnellement, j'ai mis du temps à comprendre toutes les implications du dérèglement climatique, et les conséquences de mes choix sur l'avenir), vous donner envie, vous faire réfléchir, ou réagir, même si vous n'êtes pas d'accord avec ce que j'avance.

Vous démontrer que l'on peut être à la fois écologique et fun.

Vous convaincre que s'engager pour la planète, aujourd'hui, c'est un défi qui peut nous réjouir. Qui peut chambouler notre vie, dans le bon sens !

Pour l'optimisme... c'est encore un peu tôt. Mais ce n'est pas parce qu'on n'est pas optimiste pour la planète que l'on ne peut pas agir.

Être solastalgique, c'est avant tout être conscient

Être solastalgique, c'est avant tout être conscient.

Les solastalgiques sont des gens en avance. Et vous êtes certainement en avance aussi, vous qui lisez ces lignes.

Car l'humanité est encore trop peu consciente des enjeux climatiques et environnementaux, en dépit de tous les signes d'urgence. J'ai du mal à l'accepter, mais je pense que moi seule peut décider de faire ce que je peux faire.

Cette mission-là, je vais la remplir. Sans me demander si c'est utile, mais parce que je sais que c'est juste.

Voici ma méthode pour transformer le désespoir en confiance. Deux principes la soutiennent :

  • Prendre conscience que j'ai été embarquée, depuis l'enfance, dans une société de consommation. La consommation ne fait pas tout, mais elle prend une très grande place dans notre vie. Dans ma vie écologique, je m’applique chaque jour à augmenter la proportion de non-consommation, en la remplissant d’autres expériences riches et variées.
  • Accueillir toute la puissance d'agir que j’ai en moi. La meilleure clé : reprendre pleinement conscience du présent (plutôt que de me catastropher pour l'avenir). Il n'y a que dans le présent que je peux agir pour l'avenir. Quand le présent devient du passé, je ne peux pas le rattraper. Je tire du présent une énergie puissante et une grande force, non seulement pour l’écologie, mais aussi pour toute ma vie.

Un détail, encore, qui a son importance. Je suis très loin d'être irréprochable en écologie.

Mais je suis en chemin, et je crois que c'est le plus important. Toutes les questions que je me pose me font progresser, même si je ne suis pas encore au top. J'ai mes limites, mes blocages, ma lenteur.

Ce qui compte, pour moi comme pour tous, c'est d'avancer. De voir les choses autrement. Et de profiter de l'énergie du changement.

Par exemple, j'ai voulu que ce blog soit le plus écologique possible, d'où sa simplicité et sa sobriété. Il respecte aussi votre vie privée : il n'y a aucun cookie. La programmation en a été faite par Julien, de Awebsome, dont la spécialité est de construire des sites écologiques. Avec lui, j'ai beaucoup progressé dans le numérique responsable. Vous trouverez d'ailleurs une interview de Julien dans ce blog.

Que trouverez-vous sur Solastalgie-merci ?

J'ai classé mes articles en 3 catégories :

"365 écogestes pour l'avenir" :

Pour agir au quotidien, j’ai eu besoin d’un mode d’emploi, d’un carnet de recettes, d’un aide-mémoire. Pour avancer avec méthode, et éviter autant que possible les multiples pièges et contradictions de la transition énergétique et écologique. Je partage avec vous tous les écogestes que j'ai expérimentés, avec mes solutions. Ce sont des articles synthétiques et rapides à lire.

"106 possibilités d'évoluer avec plaisir" :

Se confronter au changement individuel, c’est un processus long. Impossible de tout changer en un jour. Je m’intéresse ici à la méthodologie du changement, à l'entêtement des habitudes. A mes ressentis et à ceux des autres. A tous les trucs qui permettent d'évoluer en douceur vers davantage d'écologie.

"Quelques sujets à suivre sur le climat" :

Il m'a paru important de comprendre comment les hommes s’organisent pour faire face, ou pas, au défi climatique. Ici, je partage avec vous ma compréhension des enjeux climatiques. Les rapports des organisations pour le climat, les lois nationales et internationales, l’action associative, les initiatives de celles et ceux qui agissent, et les grands thèmes importants pour le changement (qui font souvent polémique).

Je reste attentive à l'idée de ne pas donner de leçons (ce n'est pas toujours facile pour moi, ex-prof et ex-formatrice). Si vous avez des remarques, des critiques, des suggestions, écrivez-moi. Je vous répondrai.

Mon prochain article s'appelle Je suis solastalgique mais je me soigne. Pour comprendre comment se définit la solastalgie, et quelles sont mes idées pour s'en défendre.