Solastalgie-merci.fr

Utiliser du PQ en papier recyclé

Dans la catégorie « 365 écogestes pour l’avenir », je partage avec vous toutes mes expériences pour une vie plus éco-logique et résiliente.

Utiliser du PQ en papier recyclé

Il fut un temps, je n'ai pas honte de le dire, où j'estimais mon domaine fessier suffisamment noble pour avoir droit à la plus grande douceur.

J'achetais donc du papier épais, doux et parfumé, parce que je le valais bien...

Ciel.

Le mauvais plan pour la planète

Un Français consomme en moyenne 14 Kg de papier toilette par an.

60% de ce papier est fait à partir de bois, n'ayant jamais servi à rien d'autre, et qui ne servira plus jamais à rien.

Si ce bois vient de France, son impact sera réduit. Mais s'il vient de Pologne ou d'Asie, il sera beaucoup plus impactant (transport, déforestation).

Les produits qui le rendent d'un blanc (ou d'un rose) parfait et doux à souhait sont très polluants.

Le geste écologique

Utiliser du PQ en papier recyclé.

La filière du papier recyclé est également polluante. Mais le process est plus responsable sur les approvisionnements.

Des idées pour changer

Je ne résiste pas à l'envie de saisir cette occasion unique de développer une brève histoire du PQ.

Il est aujourd'hui considéré comme le meilleur des procédés hygiéniques. Mais chez nous, son utilisation date du XIXème siècle. Il est loin d'être répandu partout dans le monde, aujourd'hui encore. Dans l'Antiquité, on utilisait, au mieux, un caillou, au pire, sa chemise. Du côté des Romains, il y eut un bâton surmonté d'un tissu : pourquoi pas...mais il était partagé ! L'Europe a eu sa période "céramique". Mais la plupart du temps, avant le papier, les feuilles des arbres étaient plébiscitées (particulièrement la feuille de marronnier, épaisse et large). Pour les plus riches, c'était du tissu de lin. Ensuite, et jusqu'à récemment, le papier journal fut ainsi utilement recyclé.

Je n'ai personnellement pas d'autre expérience hygiénique à vous confier, de ce côté là.

Les toilettes japonaises semblent être une alternative, mais elles consomment de l'eau et de l'énergie. Je ne suis pas sûre que ce soit profitable à l'environnement.

Je chausse plutôt mes lunettes avant de mettre les précieux rouleaux dans le caddie, et je ne choisis plus que du PQ avec l'écolabel européen. Il garantit moins d'émissions de gaz à effet de serre, moins de pollution de l'eau, et surtout l'utilisation optimale de fibres recyclées, complété par du bois vierge provenant de forêts gérées de façon durable.

Et je l'économise : mon confort n'implique pas toujours 5 ou 6 épaisseurs de papier.

Pour vous aussi, le PQ est-il un sujet sérieux d'écologie ?

Vous pouvez lire aussi :

Tout savoir de mon bilan carbone

Les biodéchets

L’écologie au quotidien est source de résilience.