Solastalgie-merci.fr

Larguer les sirènes de la mode

Dans la catégorie « 365 écogestes pour l’avenir », je partage avec vous toutes mes expériences pour une vie plus éco-logique et résiliente.

Larguer les sirènes de la mode

Je me souviens d'avoir été terriblement vexée, au lycée, quand une de mes copines m'avait traitée de "démodée", alors que je portais avec plaisir une salopette en velours bleu ciel, achetée l'année précédente.

J'ai aujourd'hui un smartphone Galaxy 3 parfaitement dépassé, et n'en ai cure. Je téléphone avec, et je prends des photos instantanées qui me procurent du plaisir. Évidemment, côté applis, je ne suis plus très à l'aise avec cet appareil obsolète : mais ça, c'est une autre histoire.

La mode a été inventée pour que nous ayons de bonnes raisons de consommer. Nous en avons fait une affaire sérieuse, alors que ce n'est qu'un commerce de modeste intérêt. D'ailleurs, remarquez avec moi que "modeste", "modeler" ou "modifier", ou encore "accommoder", c'est la même origine. Au départ, tout n'est qu'une question d'arrangement.

Le mauvais plan pour la planète

La mode, en se renouvelant sans cesse, détruit le modèle précédent, si bien que nous jetons beaucoup de choses encore en état de servir. La mode fait de la créativité une tendance commerciale, et impose un archétype qui peut avoir des conséquences fâcheuses jusque dans la sphère relationnelle.

L'empreinte écologique de la mode, en matières premières et en énergie, est dévastatrice.

Le geste écologique

Prendre du recul par rapport aux diktat de la mode, et cesser de multiplier les achats de produits neufs.

Larguer les sirènes de la mode me permet de garder ma liberté tout en étant écologique.

Des idées pour changer

D'abord, je me méfie de l'idéal publicitaire. Comme je crains de ne pas être plus forte que tout le monde, et de me laisser manipuler à mon insu, je m'éloigne de toutes les sources de publicité (écrans, ondes, magazines). C'est devenu un réflexe.

Ensuite, j'examine avec circonspection le regard que je porte sur les autres : mon voisin, mes collègues ou amis. Ils ont acheté ci ou ça ? Je m'en réjouis pour eux. Et je ne fais pas le moindre projet qui puisse me rappeler leurs décisions.

Il parait que la croissance exponentielle du marché de l'automobile, et particulièrement du haut de gamme, doit beaucoup à l'imitation du voisinage. Quand je pense que nous sommes tous si attachés à notre indépendance...

Il y a des produits qui méritent toute ma suspicion. Je pense notamment aux vêtements et aux mobiles (comme par hasard, ce sont ceux qui m'ont inspiré le début de cet article). Si on suit le principe de la mode, la durée de vie d'un vêtement serait de 6 mois. Quant au smartphone, on le garde en moyenne 2 à 3 ans, alors que sa durée de vie est de 5 à 10 ans.

Dommage pour le budget, dommage pour la planète.

Et vous, vous êtes-vous affranchi.e de certaines modes ?

Vous pouvez lire aussi :

Éviter l'autoroute

L’écologie au quotidien est source de résilience.