Solastalgie-merci.fr

Laisser place à l'inconnu

Dans la catégorie « 365 écogestes pour l’avenir », je partage avec vous toutes mes expériences pour une vie plus éco-logique et résiliente.

Laisser place à l'inconnu pour covoiturer ou prendre un autostoppeur

Quand j'étais plus jeune, et que je n'avais pas de voiture, je faisais du stop régulièrement. Et je maudissais (Jeunesse cruelle...) tous les chauffeurs qui ne s'arrêtaient pas alors qu'ils avaient de la place. J'ignorais alors le règne de la voiture particulière, auquel nous obéissons toujours avec tant d'inconscience.

En France, environ 70% des déplacements automobiles se font avec le chauffeur seul.

Le mauvais plan pour la planète

1000 kg de voiture en moyenne, et des litres de carburant, juste pour déplacer notre modeste poids, c'est une piètre performance.

Et un gaspillage d'énergie conséquent.

Le geste écologique

Laisser place à l'inconnu pour covoiturer ou prendre un autostoppeur.

Des idées pour changer

J'anticipe avant de partir, en m'assurant qu'une personne peut s'installer rapidement sur l'un des sièges, qui ne doit donc pas être encombré.

Je me suis rensignée sur l'auto-stop organisé, intermédiaire entre le covoiturage et le stop classique. Dans l'idée de tendre à nouveau mon pouce au bord d'une route.

Près de chez moi, il existe un dispositif REZO. Le site assure que, dans 80% des cas, un autostoppeur est pris en moins de 5 minutes. J'ai testé, et c'est vrai. J'avais auparavant imprimé ma destination sur une feuille, que j'ai brandie à la place de mon pouce. Il parait que quand un chauffeur sait où va un autostoppeur, ça le rassure, et il le prend volontiers si c'est sur sa route.

Peut être existe-t-il près de chez vous ? Sinon, il est utile de demander la mise en œuvre de ce dispositif à vos élus, car plus il y a de stoppeurs, moins il y a de voitures sur les routes.

Et vous, vous aimez le stop ?

Vous pouvez lire aussi :

La Bonne Paye version carbone

Faire plaisir

L’écologie au quotidien est source de résilience.