Solastalgie-merci.fr

Inverser les apports caloriques

Dans la catégorie « 365 écogestes pour l’avenir », je partage avec vous toutes mes expériences pour une vie plus éco-logique et résiliente.

Inverser les apports caloriques

J'ai toujours bien aimé cuisiner, à la française, comme me l'avait patiemment enseigné ma grand-mère. Elle avait connu la guerre et ses privations, donc elle avait un talent particulier pour cuisiner très bon avec peu de choses, les jours ordinaires. Elle savait très bien accommoder les restes, notamment.

Mais la base de la cuisine française, c'est quand même la viande. Avec accompagnement. Ou alors le poisson avec accompagnement. Voire les 2 à la suite... Avec, en entrée, quelque charcuterie. Et du fromage avant le dessert.

C'est riche.

Le mauvais plan pour la planète

Avec un tel régime, il faut choisir tous les jours une viande différente, ou un poisson, des œufs, du fromage. C'est pourquoi ces denrées sont en abondance dans les rayons des supermarchés.

Cet approvisionnement s'appuie sur l'élevage intensif et la pêche intensive : aucun autre modèle ne pourrait le permettre.

Le bien-être animal reste une expression sans réalité.

Il faut de l'alimentation en quantité industrielle pour nourrir toutes ces bêtes. De nombreuses terres agricoles sont dédiées à la culture des aliments pour animaux. Certains, comme le soja, passent d'un continent à l'autre, et poussent à grand renfort de produits chimiques.

Ces méthodes causent beaucoup de dégâts sur le climat.

Le geste écologique

Inverser les apports caloriques en privilégiant le végétal, c'est bon pour la planète.

Au lieu d'imaginer un repas autour d'une viande ou d'un poisson, je pense d'abord aux légumes, légumineuses ou céréales qui vont le composer.

J'y intègre éventuellement un peu de viande ou de poisson : non pas 150 g par personne, comme indiqué dans les recettes, mais 80 g maximum.

Des idées pour changer

Je trouve que c'est plutôt facile, si cette démarche est adoptée avec méthode (comme souvent, dans ma transition écologique, le succès est lié à ma capacité d'anticipation).

D'abord, j'achète toujours de quoi avoir à disposition au moins 3 sortes de fruits, et du citron (pour les salades de fruits, ou des citronnades).

Je mange au moins 2 légumes cuits par jour, saupoudrés d'une herbe fraîche. Ainsi que 2 crudités, accompagnées d'une sauce à l’échalote (ou à l'ail ou encore à l'oignon doux, selon mon inspiration du moment).

Je fais parfois plus simple, en préparant une salade composée, ou une soupe en hiver, car tous les légumes y sont mélangés.

Et surtout : je les compte.

Cette variété de légumes offre de nombreuses sources de vitamines, et remplit bien l'estomac. Il reste donc moins de place pour la viande (ou poisson/œufs/fromage), surtout si l'on prévoit également des légumes secs, des céréales ou du pain.

Ce régime a aussi l'avantage de générer quelques économies, qui me permettent d'être plus exigeante sur la qualité, et d'acheter Bio et local sans craindre pour mes fins de mois.

Avez-vous déjà essayé ? Quels sont vos trucs, pour une alimentation plus respectueuse de la planète ?

Vous pouvez lire aussi :

Emballer et peser sans plastique

L’écologie au quotidien est source de résilience.