Solastalgie-merci.fr

Fabriquer mes conserves

Dans la catégorie « 365 écogestes pour l’avenir », je partage avec vous toutes mes expériences pour une vie plus éco-logique et résiliente.

Fabriquer mes conserves

Dans la maison de ma grand-mère, il y avait une "dépense". C'était une tout petite pièce meublée avec des étagères jusqu'au plafond. On y entreposait toutes les courses, les stocks de nourriture, et notamment les bocaux. C'était particulièrement joli, cette collection de fruits et légumes, parfois de pâtés, aux couleurs et textures différentes, répartis dans des bocaux identiques alignés au cordeau. Si j'avais eu mon compte Instagram à l'époque, j'aurais fait un carton.

Le mauvais plan pour la planète

Les conserves industrielles, qui ont pris le dessus sur les bocaux en verre, produisent des tonnes de déchets. Bien sûr, le fer est recyclable. Mais n'oublions pas que le taux de recyclage est encore très très loin des 100%.

La mise en boîte est un procédé énergivore, et une boîte contient une toute petite quantité d'aliment. Les fruits ou les légumes proviennent souvent de monocultures maraichères avec de lourds traitements chimiques. Alors, si c'est pratique pour le commerce, ce n'est pas très rationnel pour l'environnement.

Le geste écologique

J'ai laissé de côté toutes mes appréhensions, et fais l'expérience des conserves maison. (En alexandrins, dis donc !)

Ça prend un peu de temps, qu'on récupère ensuite à la cuisine : il n'y a plus qu'à faire réchauffer.

Des idées pour changer

Je me suis fait prêter un stérilisateur de taille raisonnable, et j'ai mis de beaux abricots en conserve. Franchement, c'est très simple, il suffit de s'y mettre.

J'ai poursuivi la démarche avec du coulis de tomate. Puis des haricots.

J'ai désormais l’œil sur les fruits ou légumes vendus en cagettes, peu chers, en pleine saison. Au marché, c'est courant. Il y a également les plans des amis et des voisins : des kilos de prunes ou de pommes à conserver...

J'ai fini par débusquer un stérilisateur d'occasion chez Emmaüs. J'organise des après-midi avec copains.copines, c'est très convivial, et chacun repart avec sa production.

Côté "comment faire", tout est très bien expliqué sur le site Le Parfait, avec de très nombreuses recettes. Il y a même des petites annonces pour acheter ou vendre des bocaux d'occasion.

L'hiver venu (ou n'importe quand), c'est un vrai plaisir que d'ouvrir une conserve maison !

Si vous avez de l'expérience, je suis preneuse.

Vous pouvez lire aussi :

Décongeler autant que possible

Acheter du matériel informatique responsable

L’écologie au quotidien est source de résilience.