Solastalgie-merci.fr

Choisir le petit commerce

Dans la catégorie « 365 écogestes pour l’avenir », je partage avec vous toutes mes expériences pour une vie plus éco-logique et résiliente.

Choisir le petit commerce

Quand j'étais gamine, on n'allait pas faire les courses : on allait chez "Papa Carrefour". Ce magasin gigantesque, à deux pâtés de maison de chez nous, c'était la caverne d'Ali Baba. Non seulement on y trouvait de tout, mais en plus on avait le choix pour tout : 3 modèles de sèche-cheveux, 8 modèles de chaussons, 18 modèles de télé, 12 de PQ, 7 de sucre, 9 de pizzas surgelées, etc., etc.

By-san-ce.

Le mauvais plan pour la planète

Sous cette abondance habillée de couleurs et de slogans capiteux se cachent de nombreux secrets inavouables :

  • Des pesticides, des additifs, des colorants : des dizaines de produits chimiques.
  • L'exploitation des enfants, et des adultes, qui travaillent loin.
  • La pollution qui échappe à toute règlementation.
  • Les milliers de kilomètres de la mondialisation.

J'en passe, et des meilleures.

L'hypermarché dissimule de nombreuses causes de réchauffement planétaire et d'inégalités, parce que remplir un caddie dans un univers aussi prolifique, c'est presque un jeu.

Le geste écologique

Choisir le petit commerce plutôt que l'hypermarché, c'est une bonne façon de raisonner ses achats.

Retrouver le chemin des petits magasins de quartier, basés sur les relations humaines, pour se poser, et poser, les bonnes questions :

  • d'où vient ce produit ?
  • qui l'a fabriqué ?
  • est-il bon ?
  • est-il solide ?
  • est-ce bien de ça dont j'ai besoin ?

Des idées pour changer

De nouvelles boutiques à l'offre locale et respectueuse de la planète fleurissent un peu partout. Il reste aussi des bouchers traditionnels, des artisans boulangers, des primeurs... En faisant mes courses chez eux, je retrouve une certaine idée du commerce à l'ancienne. Pas Papa Carrefour, mais le centre-ville du bourg où j'accompagnais ma grand-mère en tenant la poignée du chariot à roulettes, et qui n'hésitait pas à dire : "Il vient de chez qui, votre rôti ?"

Je n'oublie pas ma liste et mon panier, avec des sachets dedans.

Je vais en courses plus souvent, c'est vrai : mais elles durent beaucoup moins longtemps. Et sont plus sympathiques.

Si certains produits sont plus chers (c’est loin d'être systématique), je compense en achetant de plus petites portions de viande.

Je profite de ce sujet pour vous poser une question : hésitez-vous, ou pas du tout, à questionner vos commerçants sur la qualité des produits qu'ils vendent ?

Vous pouvez lire aussi :

Faire une liste m'aide à être plus écologique

L’écologie au quotidien est un art de vivre.